Comment ça marche ?

Dans la plupart des cas, les crèches sont ouvertes de 7 h 30 à 18 h 30. Mais certaines offrent des horaires élargis. Les petits sont encadrés par une équipe de professionnels (puéricultrices, auxiliaires de puériculture, éducatrices de jeunes enfants) auxquelles s'adjoignent des spécialistes (pédiatre, psychologue) qui assurent des visites régulières.

Activités d'éveil adaptées, chansons, jeux, sieste etc sont au programme de la journée. Très stimulé, votre petit bout ne risque pas de s'ennuyer. Pour la première fois, il se retrouve en contact avec d'autres enfants, et fait l'expérience de la vie en collectivité, avec les règles mais aussi les plaisirs qu'elle implique. Un bon apprentissage, dès le plus jeune âge, de la vie en société. De plus, vous avez l'assurance de confier votre enfant à des personnes compétentes et attentives aux humeurs de votre bout de chou.

Les horaires sont stricts et parfois mal adaptés pour les parents travaillant la nuit, à mi-temps, le samedi. Les tarifs de la crèche collective varient selon les charges de famille et les ressources des parents. La mini-crèche a les mêmes caractéristiques qu'une crèche collective mais accueille moins d'enfants.

Peu onéreux, ce mode de garde convient particulièrement aux petits budgets : la crèche est subventionnée par la Caisse d'Allocations Familiales et la mairie (si elle est municipale). Il vous reste donc à payer un coût à la journée, calculé en fonction de vos revenus et du nombre d'enfants inscrits. Par ailleurs, comme pour la halte-garderie et l'asssistante maternelle, vous pouvez bénéficier d'une réduction d'impôts non plus de 25 mais de 50 % des sommes versées, à partir de cette année.