Les maux de tête

Une analyse d'urine permettra d'éliminer certaines affections capables de provoquer des maux de tête, comme une maladie rénale. La tension artérielle peut également jouer un rôle. Un examen neurologique vous rassurera, vous et le médecin, en montrant que ces maux de tête ne sont pas le signe d'un problème plus grave. Les migraines ont souvent une composante génétique et atteignent généralement plusieurs membres d'une même famille.

Les facteurs déclencheurs sont nombreux : certains aliments, les additifs alimentaires, certaines substances inhalées (naphtaline, produits pour détacher, etc.), le stress, la fatigue - et même les lumières vives. Comme pour d'autres symptômes, chaque facteur pris séparément peut ne pas déclencher de migraine, mais si deux ou trois d'entre eux sont associés, ce sera le cas. Si vous avez des doutes, faites la liste de tous les aliments, événements et stress avec lesquels l'enfant a été en contact au moment des maux de tête. Les victimes de migraines ressentent une véritable hantise de leurs douleurs ce qui peut les augmenter.

Si ces maux de tête sont associés avec des troubles visuels, des nausées et vomissements, de la fatigue ou de la somnolence, consultez un médecin. Des médicaments spécifiques préviennent la migraine à condition d'être pris très tôt. Si les migraines persistent en dépit du traitement préventif, le médecin prescrira des médicaments plus forts. Certains maux de ventre aigus sont associés à la migraine. Le médecin peut demander un encéphalogramme pour établir son diagnostic, bien que la migraine ne s'inscrive pas toujours sur le tracé.

Les maux de tête bénins ont tendance à se déclencher à certains moments particuliers - le matin, quand l'enfant est en hypoglycémie, et le soir, si la fatigue et l'hypoglycémie s'associent. On peut y remédier en élevant le niveau de sucre dans le sang de l'enfant par une boisson sucrée avant le lever, ou par un goûter dans l'après-midi, avant qu'il ne se sente mal à l'aise.Si les douleurs sont légères et si elles ne sont causées par aucun des facteurs physiologiques indiqués ci-dessus, je suivrais les mêmes directives que pour les maux d'estomac.

Respectez le besoin d'attention et d'affection de votre enfant; laissez-le se reposer tout en lui parlant doucement pour réduire le stress. Rassurez-le en lui affirmant que le médecin n'a rien trouvé de grave et essayez de lui faire comprendre ce qui cause ces douleurs. Peu à peu, expliquez-lui tout ce que vous avez observé à propos de ses symptômes, quand et pourquoi ils surviennent. Aidez l'enfant à apprendre à vivre avec ses maux de tête. Comme pour tous les problèmes psychosomatiques, la situation s'améliore généralement lorsque l'enfant sent qu'il prend un certain contrôle sur ses troubles et lorsqu'il est moins angoissé de les voir se produire.