Apprendre une langue étrangère

Plus un enfant est jeune, plus il lui est facile d'apprendre une langue étrangère

Précédemment, nous avons vu que le bébé est capable de distinguer les sons de toutes les langues. C'est sa mère et son entourage qui vont le spécialiser dans les phonèmes de sa langue familiale, et il perdra alors petit à petit la capacité de reconnaître des sons ne faisant pas partie de cette langue. C'est pourquoi plus un jeune enfant entend des langues différentes, plus il garde de compétences linguistiques, tant pour la compréhension que pour la prononciation. Un enfant de couple bilingue parlera facilement les deux langues parentales.

L'introduction à l'école, dès 2 ans et demi, d'une langue étrangère ne posera aucun problème si, et seulement si, l'enfant maîtrise déjà bien sa langue maternelle. L'expérience des écoles bilingues le prouve : les enfants n'y ont pas plus de difficultés pour apprendre à lire et à écrire, et même plutôt moins. Ils sont le plus souvent en avance dans les domaines touchant à l'abstraction, au raisonnement et à la généralisation.

Apprendre plusieurs langues enrichit la pensée. La langue ne sert pas seulement à manier des mots. Elle véhicule des cultures différentes, avec un mode de pensée et un humour particuliers à chaque culture.

Risque-t-il de bégayer ?

Une longue expérience auprès de couples bilingues me permet d'affirmer qu'il n'y a pas plus de bégaiement chez leurs enfants que chez les autres. Ce qui peut perturber un petit, c'est que l'un de ses parents ne s'exprime pas naturellement. Ne vous transformez donc pas en enseignants. Un enfant se rend compte que sa mère ou son père fait un effort pour parler dans une langue étrangère et en ressent un malaise qui peut entraîner un blocage (plutôt qu'un bégaiement). Mieux vaut donc qu'il apprenne en jouant avec une jeune fille de langue maternelle étrangère, l'anglais par exemple.

Risque-t-il de confondre les demi langues ?

Non, à la seule condition que chacun lui parle dans la langue qui lui est propre. Il passera alors très bien de l'une à l'autre selon son interlocuteur.

Quelques principes

  • Ne parlez pas à votre enfant dans une langue qui n'est pas la vôtre. Vous devez parler dans la langue que vous utilisez pour penser, donc le plus souvent dans votre langue maternelle. C'est votre naturel qui soutient toute relation affective, et donc la faculté d'apprendre de votre enfant.
  • Encouragez sa nounou à parler dans sa langue maternelle : la personne dont on respecte la culture sera beaucoup plus ouverte et souriante, et donnera à votre enfant le goût de communiquer.
  • Il est possible de mélanger deux langues en parlant à votre enfant, l'important étant de le faire de façon naturelle et avec plaisir.
  • Si vous utilisez le français avec votre petit seul, puis l'anglais avec votre époux anglo-saxon, par exemple, votre enfant s'y retrouvera très bien : il parlera français lorsque vous serez seuls, anglais lorsque son père sera là.
  • N'obligez jamais un enfant à vous parler dans une langue étrangère, même si vous voulez vérifier l'influence de telle crèche, école, ou d'une jeune fille étrangère.
  • Ne lui faites pas répéter ce qu'il a appris devant d'autres personnes, fussent-elles de la famille. Laissez votre enfant répondre dans la langue de son choix.

En pratique

Immergez le plus tôt possible votre enfant dans un environnement bilingue. Voici quelques manières de procéder, à retenir selon vos moyens financiers et votre organisation :

  • choisir une école bilingue ;
  • demander à une étudiante de langue étrangère de venir trois après-midi par semaine jouer avec votre enfant ; il est alors possible de regrouper plusieurs de ses camarades, afin de partager les frais ;
  • inscrire votre enfant dans un atelier bilingue, deux après-midi par semaine (c'est la durée minimale pour être bien initié).

Cette organisation sera poursuivie pendant plusieurs années car, pour devenir bilingue, un enfant doit être imprégné de la langue étrangère choisie durant toute son enfance.