L'enfant et la télévision

Les différentes manières de regarder la télévision

Il y en a trois pour un enfant, selon François Mariet, professeur d'université :
- la « télé-passion », quand le programme a été choisi et qu'il est regardé d'un bout à l'autre avec intérêt ;
- la « télé-tapisserie », quand l'enfant joue et s'occupe sans vraiment la regarder ; il tourne seulement la tête lorsque des sons ou des paroles attirent son attention ;
- la « télé-bouche-trou », que l'enfant regarde parce qu'il s'ennuie. Ces différentes manières de regarder la télévision n'ont pas les mêmes effets sur votre enfant. L'écran comme toile de fond, qui n'est regardé que par intermittence, tout en faisant autre chose, disperse l'attention : l'enfant ne se concentre longtemps ni sur son occupation, ni sur l'émission.

Le « zapping » est une école de déconcentration

Si vous changez de programme trop souvent, votre enfant ne peut pas concentrer son attention. Beaucoup d'émissions ou de films semblent être construits sur le principe du « zapping » dans la mesure où, pour capter l'attention des spectateurs, leurs auteurs imposent une cadence infernale à l'action. A long terme, cette succession permanente d'événements risque de faire désirer la même chose à l'enfant dans la vie quotidienne et de le rendre impatient.

La télévision, facteur d'instruction et de réflexion

Si votre enfant ne regarde que ce que vous avez choisi ensemble, si vous partagez ce moment de détente, si chacun écoute les commentaires de l'autre, si vous prolongez, parfois, l'émission par une lecture, la télévision devient amusante et intéressante.

La télévision, facteur d'abêtissement

Regardée passivement, longtemps, sans choix précis, elle va l'empêcher de pratiquer d'autres activités plus stimulantes. Si votre enfant est souvent seul devant le poste, la télévision appauvrit sa réflexion. Si les émissions sont choisies et regardées avec des parents disponibles, c'est une source d'enrichissement intellectuel. Essayez donc de vous libérer de temps en temps.

Le degré de violence des émissions ou des films que regarde votre enfant

Si vous l'autorisez à suivre un programme comportant une part de violence, rappelez-lui souvent qu'il ne s'agit que d'une fiction. Cela remplacera le « Il était une fois... » placé au début de tout conte de fées et informera les enfants que l'histoire n'est pas réelle.

Le journal télévisé

Soyez, là encore, vigilants : toutes les images ne sont pas systématiquement bonnes à voir par les enfants. Si jeunes, ils n'ont pas à partager en direct tous les malheurs de l'humanité. La sensation de sécurité, tant psychique que physique, est nécessaire à la croissance.

La télévision et le sommeil

La télévision ne doit pas contribuer à raccourcir la durée de sommeil de votre enfant. En effet, si vous n'avez pas établi clairement, dès le début, que la télévision était interdite après le dîner, il se peut que certaines émissions provoquent des négociations qui n'en finissent plus. La violence des émissions vues dans la journée peut entraîner des cauchemars nocturnes, avec des réveils et des difficultés pour se rendormir. Pour pallier ce à problème, demandez à votre enfant, pendant le dîner ou avant qu'il s'endorme, ce qui l'a intéressé à la télévision pendant la journée ; il vous confiera alors ses angoisses s'il en a eu, ce qui diminuera les risques de cauchemars. Les dessins animés dès le lever poussent l'enfant à s'éveiller de plus en plus tôt, si vous lui laissez prendre cette habitude.

La télévision et les kilos

Aux Etats-Unis, on appelle les petits téléspectateurs des « couch-potatoes » (« patates de canapé »), parce qu'ils restent des heures durant à regarder des émissions, avachis sur un divan, tout en grignotant des chips ou des sucreries. Les kilos s'accumulent peu à peu, proportionnellement aux heures passées devant le petit écran. Beaucoup de mamans m'ont dit combien il leur était difficile de s'en tenir à ce programme dès l'âge de 3 ou 4 ans. Si vous choisissez avec votre enfant les émissions intelligentes et non violentes, si vous les partagez avec lui en leur donnant un sens, vous pouvez doubler le temps devant l'écran. Tout dépend donc si votre enfant subit la télévision ou la regarde avec votre participation...

La télévision et la vue

Pour le confort des yeux de votre enfant, la distance entre l'écran et le visage doit être comprise entre cinq fois la largeur de l'écran et cinq fois sa diagonale. Pensez à régler la couleur et la luminosité, et à placer le téléviseur dans une pièce pouvant être légèrement éclairée.

Devenir le maître de l'écran

Apprenez très tôt à votre enfant à sélectionner avec vous les émissions qui vont l'intéresser. Ce sont ces émissions qu'il regardera, pas toujours en direct d'ailleurs : l'utilisation du magnétoscope permet d'être indépendant de l'heure de programmation souvent incompatible avec les activités extérieures ou le temps de sommeil. Chaque fois que cela vous est possible, regardez les émissions avec lui, commentez-les, prolongez-les éventuellement, pour les plus grands si l'émission s'y prête, par une sortie, ou une discussion en famille. La télévision est alors, pour votre enfant, une ouverture sur des mondes qu'il ne connaît pas et lui donne déjà l'occasion de comparer et de se poser des questions. Bien sûr, cet usage de la télévision exige un peu de vigilance et une persévérance certaine, mais ses conséquences sont positives. Et lorsque votre enfant échappera à votre autorité, ces habitudes d'utilisation influenceront son comportement, et l'aideront à rester un téléspectateur sachant tirer le meilleur profit et le plus grand plaisir de cet outil.